" />
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'ALBANIE ET L'ÉPIRE

Le nom de Chkiperi, que les Albanais eux-mêmes donnent à leur patrie,, signifie très-probablement « Pays des Rochers.» et nulle désignation ne fut mieux justifiée. Des montagnes pierreuses recouvrent toute la contrée, du Monténégro aux frontières de la Grèce. La seule plaine assez étendue que l'on rencontre en Albanie est le bassin de Skodra ou Scutari (Alexandrie), qui peut être considéré comme la frontière naturelle du territoire albanais. Le fond de ce bassin est occupé par le lac Blato ou de Skodra, reste d'une mer intérieure beaucoup plus considérable. C'est aussi dans la même plaine que vient déboucher le Drin, le plus grand fleuve de l'Albanie et l'un des seuls de la péninsule turque où quelques embarcations s'avancent à une certaine. distance de la mer. Naguère le Drin, formé par deux rivières, la « Blanche » et la « Noire », n'était qu'un affluent temporaire du lac de Skodra : pendant les crues, il commençait par inonder sa plaine inférieure, puis il se jetait latéralement dans le lac, malgré les digues par lesquelles on avait essayé de le contenir, et devenait ainsi le tributaire de la Boïana. En 1858, le fleuve s'ouvrit un nouveau lit, en face du village de Miet, à une quarantaine de kilomètres en amont de son entrée en mer, et maintenant il dirige la plus grande masse de ses eaux vers Skodra, dont il inonde souvent les quartiers inférieurs. Les terrains marécageux du bas Drin, à pentes incertaines et changeantes, sont fort dangereux à traverser pendant la saison des chaleurs : la « fièvre de la Boïana » est une des plus redoutées et des plus meurtrières de tout le littoral.

La plupart des ramifications méridionales du grand massif des Alpes bosniennes sont habitées par des Albanais ; mais elles restent séparées de l'Albanie proprement dite, à l'est du lac de Skodra, par la déchirure au fond de laquelle coule le Drin; c'est une sorte de cañon, semblable à ceux des Rocheuses de l'Amérique du Nord, un défilé où ne se hasarde aucun sentier et que resserrent des parois à pic de mille mètres de hauteur. Les deux systèmes de montagnes ne se rejoignent qu'indirectement par une série d'arêtes et de plateaux qui se dirigent au sud-est, de la montagne de Glieb vers le Skhar, le Scardus des anciens. Ce massif, qui se distingue des autres chaînes de la Turquie occidentale par la direction de- sa Crète, perpendiculaire à l'ensemble des masses soulevées, peut être considéré comme le « nœud » central des monts de la Péninsule. Ses principaux sommets, parmi lesquels se distingue la pyramide isolée du Lioubatrin, n'ont pas la hauteur des géants de la Slavie turque, le Kom et le Dormitor, niais c'est là que le système des Balkans vient s'unir à ceux de la Bosnie et de l'Albanie. Le Skhar est d'une grande importance dans le régime des eaux de la Turquie, puisque deux rivières considérables, la Morava bulgare et le Vardar, s'épanchent de ses flancs pour descendre, l'une vers le Danube, l'autre vers le golfe de Salonique. Comme dans les chaînes du Pinde et du Rhodope, on y trouve encore des chamois et des bouquetins ; M. Niel mentionne également parmi les bêtes fauves de ses forêts un animal que les Mirdites connaissent sous le nom de lucerbal et qui appartient à la famille des lynx ou des léopards,

A l'ouest du Skhar, de l'autre côté de la profonde vallée du Drin noir, s'élève un pâté montagneux, haut de 1,000 mètres à peine, mais fort difficile d'accès : c'est la citadelle de la Haute-Albanie, le pays des Dukagines et des Mirdites. Là d'énormes roches de serpentine ont fait éruption à travers les terrains calcaires, de hautes murailles se dressent de toutes parts autour (les vallées, et les pentes extérieures, où les torrents se sont creusé de rapides couloirs, sont fort inclinées. Dans leur ensemble, ces montagnes tourmentées suivent une direction normale vers le sud et le sud-est, parallèlement aux contre-forts méridionaux du Skhar, et s'abaissent peu à peu en prenant un aspect moins formidable et en s'ouvrant de larges bassins où s'amassent les eaux. Les sites de cette région lacustre sont d'une grâce extrême. Le lac d'Okrida, la plus grande des nappes d'eau de la Haute-Albanie, a même pu être comparé au lac de Genève. Son eau, encore plus bleue que celle du Léman, est aussi plus transparente, et par quinze et vingt mètres on voit les poissons se pourchasser dans ses profondeurs : de là son ancien nom grec de Lychnidos. La charmante petite ville d'Okri, bâtie en amphithéâtre, et le mont Pieria, portant un vieux château romain, gardent l'issue du lac ; une dizaine de villages blancs apparaissent sur les pentes au milieu des bois de chênes. Il est possible qu'autrefois le lac d'Okrida, au lieu de s'écouler au nord par l'étroite vallée du Drin noir, étranglée de défilés, épanchât le surplus de ses eaux, du côté du sud-ouest, dans le petit lac Malik, que traverse la rivière Devol. Si l'on en croit les indigènes, le lac d'Okrida aurait pour tributaires les deux nappes de Prespa ou de Drenovo, situées à l'est, au milieu d'une profonde cavité d'écroulement ; des torrents souterrains que l'on voit jaillir en puissantes fontaines d'eau bleue seraient les émissaires de ce double bassin.

Au sud de cette région des lacs, dominée à l'occident par la superbe cime isolée du Tomor, que gravissent les pèlerins d'Albanie, commence le Pinde, ici connu sous le nom de Grammos. D'abord assez bas, et coupé de cols nombreux offrant un passage facile vers la Macédoine, il s'élève graduellement, et précisément à l'est de Janina, il forme le massif de Metzovo, point de départ du Pinde proprement dit, la grande arête de l'Épire, « continent » des anciens Grecs de Corfou. Ce groupe, où se réunissent quatre chaînes, est inférieur en altitude aux pics de la Bosnie et du Skhar; mais il est plus beau à cause du. désordre pittoresque de ses pyramides, des forêts de pins et de hêtres qui en recouvrent les pentes, surtout sur le versant oriental, et de l'aspect plus méridional des plaines qui s'étendent à sa base. La montagne de roches éocènes qui forme le centre même du massif, le Zygos, Lakhmon des anciens Grecs, n'est pas assez élevée pour commander l'admirable panorama; il faut gravir, clans le voisinage, les cimes déchiquetées et rocailleuses du Peristera-Vouna ou du Smolika pour apercevoir à la fois les eaux de la mer Égée et celles de la mer Ionienne : on distingue même les rivages de la Grèce au delà du golfe d'Arta.

Un lac célèbre occupe le fond du large bassin calcaire situé à la base occidentale du massif de Metzovo : c'est le lac de Janina. Dans le territoire d'Épire, aucune région ne présente de plus curieux phénomènes que les bords de cette nappe lacustre. Peu profonde, puisque M. Guido Cora n'y a trouvé que des sondes inférieures à une moyenne de 10 mètres, elle ne reçoit guère pour affluents que d'abondantes sources jaillissant du pied des rochers ; elle n'a point un seul émissaire visible, mais, d'après le voyageur Leake ,chacun des deux bassins qui la composent, et qui sont réunis l'un à l'autre par un canal marécageux, a son écoulement caché. Le lac du nord ou Labchistas se déverse dans un gouffre ou voinikma pour aller reparaître au sud-ouest en un torrent considérable qui entre dans la mer Ionienne, vis-à-vis de Corfou : c'est le Thyamis, le Mavropotamos de nos jours, réclamé par les Grecs comme leur frontière politique. Plus au sud , jaillit des rochers l'antique Achéron, que vient gonfler plus bas un autre torrent non moins célèbre, le Cocyte aux eaux insalubres ou le Bobos des indigènes; le golfe, dans lequel se jette ce courant, avait du temps des anciens le nom de « Baie des Eaux douces » à cause du flot qui s'y déverse. Le lac de Janina proprement dit n'a, lors de l'étiage, qu'un seul émissaire plongeant en cascade dans un abîme au-dessus duquel s'élève un moulin : les ruines cyclopéennes de la cité pélasgique d'Hella dominent cet entonnoir aux eaux grondantes. La rivière souterraine rejaillit à une grande distance au sud pour se déverser dans le golfe d'Arta. Lorsque le niveau du lac est plus élevé, quatre autres « avaloirs » ou khoneutra, ouverts en forme de crible dans les rochers, reçoivent l'excédant de la masse liquide, la « digèrent », ainsi que le disent les Grecs du pays, et la portent dans le même canal d'écoulement : de petits lacs placés de distance en distance au-dessus du canal souterrain sont comme clés « regards » par lesquels se révèle le courant caché. L'importance considérable que les déversoirs du lac de Janina ont prise dans la mythologie grecque, ces noms si redoutés des rivières infernales, le Cocyte et l'Achéron, témoignent de l'influence que durent exercer les Pélasges de ces contrées sur .la civilisation hellénique. Les mythes des antiques Hellopiens étaient devenus ceux de tous les Grecs, et nul temple de l'Hellade n'était plus vénéré que leur principal sanctuaire, la forêt de Dodone, où l'on entendait murmurer l'avenir dans le feuillage des chênes et sur le lit caillouteux des ruisseaux. On a cherché ce lieu sacré près des ruines de quelques-unes de ces villes cyclopéennes, fort nombreuses dans le pays; quelques auteurs pensaient que l'emplacement précis de la forêt mystérieuse était indiqué par le château fort où vivait au commencement du siècle le terrible Ali-Tepeleni, pacha d'Épire, ce monstre qui se faisait gloire d'être une « torche ardente pour consumer les hommes ». On sait maintenant, grâce à M. Carapanos, que les ruines de Dodone se trouvent à 18 kilomètres au sud-ouest de Janina, dans la vallée de Tcharakovista.

 

L'Albanie vue par Élisée Reclus en 1876. Géographie physique

A l'ouest du bassin de Janina, les montagnes du pays de Souli atteignent encore un millier de mètres, mais les autres massifs, quoique fort abrupts et d'un abord difficile,- sont beaucoup moins élevés, et près de la mer consistent seulement en dunes ou en promontoires rocailleux, maigrement revêtus de broussailles et parcourus des chacals ; des étangs en communication avec la mer, des vallées fermées où séjournent les eaux de pluie, des lits de torrents fleuris de lauriers-roses interrompent les chaînons, et pendant les chaleurs de l'été répandent leurs miasmes dans les villages des alentours. liais au nord de l'étang de Butrinto et du canal de Corfou, et à l'ouest du superbe mont isolé de Koundousi ou Kondouz, le littoral se redresse pour former l'âpre chaîne de Chimaera-Mala ou de l'Acrocéraunie, si redoutée des anciens à cause des orages qui s'amassaient autour de ses rochers et des torrents ou « chimères » qui se précipitaient de ses pentes. C'est au sommet des monts Acrocérauniens que siégeait Jupiter « Lanceur de Foudres ». Les vents se déplacent souvent en brusques rafales à la base du promontoire le plus avancé, la langue de pierre (linguetta ou glossa), qui marque l'entrée de la mer Adriatique : ce sont là les « infâmes écueils » dont parle le poëte latin et sur lesquels tant de matelots ont naufragé; encore maintenant, d'après Lehnert, ils jettent en passant une pièce de monnaie ou du pain à la « Marna Glossa » pour qu'elle veuille bien les épargner. En cet endroit, le canal qui sépare la Turquie de la péninsule Italique n'a que 72 kilomètres de largeur et moins de 200 mètres de profondeur sur le seuil. Il est possible qu'un isthme de jonction ait autrefois réuni les deux terres voisines1

1Cime la plus haute du Skhar . 2,500(?) mèt.

Tomor. 2,200 »

Zygos ou Lakhmon - 1,678

Smolika. 1,820

Koundousi (Kondouz) 1,910 mèt.

Monts Acrocérauniens 2,045(?) »

Lac d'Okrida 655 »

Lac de Janina 350(?) »

Tag(s) : #Albanie