" />
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

reclusAu point de vue. stratégique, l'Asie Mineure et la Perse sont complètement ouvertes aux armées du tzar. La mer Noire est devenue un lac russe. La Caspienne appartient à la Russie d'une manière beaucoup plus complète, encore, et la flotte à l'ancre dans l'excellent port de Bakou peut au premier signal se charger de soldats pour débarquer en maîtres sur les côtes du Mazenderan. Alexandrapol et Kars, villes fortes et arsenaux de première importance, menacent le haut bassin de l'Euphrate et les cols qu'auront à franchir les soldats et les canons sont en la possession des Russes. En cas de lutte avec l'Angleterre pour la domination de l'Asie antérieure, la Russie occupe, une position maîtresse. La porte du Bosphore a pu être trois fois menacée du côté du nord; maintenant elle pourrait l'être aussi du côté de l'est. Si l'Angleterre « commande aux vagues » de la Méditerranée, il n'en est pas de même sur la mer Noire, et pour une campagne sur terre où trouverait-elle des armées qui se mesurassent avec les Russes, dans cette Turquie d'Asie dont elle s'est constituée la patronne et dont elle a, — peut-être imprudemment — garanti les limites: Par la vallée de l'Euphrate, la Russie peut aussi, quand elle le voudra, se rapprocher de ces « Lieux saints », que conquirent autrefois les croisés et où les chrétiens de tous les cultes, catholiques latins, orthodoxes grecs, protestants, cherchent à s'attribuer une prééminence religieuse. N'est-il pas évident, d'ailleurs, que l'influence religieuse doit grandir dans ces contrées, en proportion même du peuplement de la Caucasie? De tout temps, les peuples des hautes contrées de l'Ararat et de l'Anti-Caucase eurent une part considérable dans les mouvements politiques des empires de l'Asie antérieure, et maintenant ces peuples du nord ne sont que l'avant-garde de l'immense nation slave! Contre cette puissance formidable, il n'y aurait qu'une barrière, celle que formerait une alliance de peuples libres; mais peut-on espérer que les Arménien§, les Kourdes, les Turcs des bassins du Tigre et de l'Euphrate s'affranchissent bientôt et s'allient les uns aux autres en oubliant leurs haines religieuses et leurs rivalités nationales?

Les populations caucasiennes n'ont point de privilèges politiques sur les habitants slaves de l'empire russe, Lezghiens , Géorgiens . Arméniens et Tartares sont, comme les Grands-Russiens et des Petits-Russiens, soumis au pouvoir autocratique et absolu du tzar et sont tenus également d'obéir, « non seulement en fait, mais aussi par la volonté intime ». Aucune des nations du Caucase n'a de constitution qui garantisse ses droits, mais plusieurs sont encore plus ou moins protégées par des coutumes , les unes écrites, les autres confiées à la mémoire des anciens. La personne de l'empereur est représentée au Caucase par un lieutenant général ou vice-roi, auquel sont transmis tous les pouvoirs du gouvernement. Quant aux anciennes familles souveraines du pays, elles sont privées de tout pouvoir politique, mais elles ont encore des pensions, des privilèges et des honneurs, grâce à « l'esclavage éternel et fidèle » juré par elles au « tzar-russe ».

Le budget de la Caucasie, qui était en 1878 de 6 750 000 roubles pour les recettes, fait partie du budget général de l'empire. La Transcaucasie seule, y compris le Daghestan, a un budget général, qui s'accroît d'année en année1, et qui suffirait amplement aux dépenses locales, si l'entretien d'une armée considérable dans les places de la frontière ne doublait, et dans quelques années ne quadruplait, les frais et n'augmentait le déficit2. Ce déficit, qui varie entre 18 et 40 millions de roubles en temps de paix, s'est élevé jusqu'à 57 millions en temps de guerre. En 10 ans, de 1869 à 1878, l'ensemble du découvert -n'a pas été moindre de 343 131 005 roubles. Dans toute la Transcaucasie, le budget total des dépenses devant servir au développement ultérieur du pays, soit pour l'enseignement, soit pour la construction des routes, l'entretien des bois, l'introduction des colons, ne dépasse guère 1 800 000 roubles.

Les principales recettes, des deux côtés de la Caucasie, proviennent de l'impôt sur l'esprit-de-vin ; en Caucasie, cet impôt représente plus de la moitié des revenus, soit 3 520 000 roubles sur 6 755 000; pour l'ensemble de la Caucasie, il forme le tiers des ressources.

Administrativement , la Caucasie est divisée en -provinces de grandeurs très inégales, ayant toutes une origine militaire et désignées par des termes officiels différents : gouvernement, province, cercle, division.. Tiflis, capitale des deux versants, est en même temps le chef-lieu de toute la Transcaucasie, tandis que Stavropol, si bien située en observation sur les plateaux qui regardent vers le centre de la chaîne, est la cité administrative principale de la Ciscaucasie. Le Daghestan, qui semblerait devoir appartenir à la Caucasie du Nord, a été au contraire attribué à celle du Sud. Arrêtés si longtemps par les montagnards lezghiens à la base des premiers contreforts du Caucase, les Russes ont marqué la limite là où commençait pour eux la région des embûches. Par une autre bizarrerie géographique, le district de Nouba fait partie du gouvernement transcaucasien de Bakou, sans doute à cause de l'unité ethnologique et religieuse des populations qui habitent les deux versants du Caucase dans la région orientale de la chaîne. La « Porte » ou Derbent est restée la limite politique entre les deux régions du nord et du sud de la Caucasie.

 

Le tableau suivant donne la liste des provinces, avec leurs districts et leur population, d'après les recensements officiels de 1873 à 1877; il a paru convenable d'y séparer le Daghestan et la Transcaucasie proprement dite. Quant au district transcaspien, dépendant administrativement du gouvernement militaire de la Caucasie, c'est le pays des Turkmènes, non encore complètement conquis. Géographiquement, ce pays ne peut être séparé du reste des contrées aralo-caspiennes.

1Recettes de la Transcaucasie :

En 1870 5 358 470 roubles. En 1880. 8 784 980 roubles. (Chabrov, Kavkazskiy-Kalendar.)

2Recettes générales de la Caucasie en 1878 : 16 339 705 roubles.

Dépenses » 71 660 325 »

Déficit » 55 320 622 »

Port de Bakou

Port de Bakou

Stavropol

Stavropol

Tag(s) : #Arménie