" />
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (11)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (10)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (9)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (8)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (7)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (6)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (5)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (4)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (3)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (2)

L'Arménie occidentale. Élisée Reclus (1)

 

reclus2En aval de Hassan-kaleh, près de la frontière transcaucasienne, la route se bifurque : un chemin, se dirigeant au nord-est, suit l'Araxe jusqu'au bourg de Khorassan, puis gravit les plateaux pour gagner la place forte de Kars, tandis que le chemin de Perse, restant sur le territoire turc, franchit le fleuve sur le « Pont du Berger » que la légende attribue à Darius, fils d'Hystaspes, et par de nombreux circuits s'élève sur le seuil de Deli-baba ou du « Père Fou », d'où l'on redescend dans la vallée du haut Mourad-tchaï, l'Euphrate oriental. Là point de villes. Topra-kaleh, jadis centre de population arménienne, a été presque entièrement abandonnée après la première invasion des Russes et n'offre guère que des ruines. Outch-kilissa ou les « Trois Églises », située plus haut dans une cluse du Mourad-tchaï, n'est qu'un lieu de pèlerinage où les Arméniens viennent de toutes parts, même du fond de la Perse et des bords du Don, visiter les reliques de Sourgh-Oannes ou saint Jean-Baptiste, transmises de martyr en martyr, dit la légende, à Grégoire l'Illuminateur1. Plus haut encore, Diyadin, bâtie au pied d'une ancienne forteresse, à l'endroit où viennent se réunir les premières sources du Mourad, issues de l'Ala-dagh, a perdu son rang de ville et n'est plus qu'un bourg ruiné, où s'arrêtent les caravanes, à l'entrée ou à la sortie du territoire persan. Près de là s'élevait la grande ville de Zahrawan, que détruisirent les Persans au milieu du quatrième siècle et qui aurait été peuplée à cette époque d'environ 80 000 habitants, dont 50 000 Juifs.

Bayazid, qui s'élève au sud de la route et du col de partage entre le bassin de l'Euphrate et celui du lac d'Ourmiah, remplace une autre cité arménienne disparue, Pakovan, fondée au premier siècle de l'ère vulgaire. La ville actuelle, qui doit son nom au sultan Bayazid Ier , son fondateur, est un des groupes de décombres les plus pittoresques de l'Asie Antérieure. L'amphithéâtre des constructions recouvre des pentes très inclinées, que surmontent la double terrasse d'un palais à demi ruiné et l'élégant minaret d'une mosquée. Une citadelle enracinant ses murs sur d'étroites corniches domine le palais. Plus haut, un rocher de marbre rouge veiné de blanc dressé ses parois aux mille, créneaux, et par delà se hausse une cime neigeuse.

N° 54 - HAUTE VALLÉE DU MOURAD.

54 haute vallée du mourad

1 . 250 000

 Le palais de Bayazid, œuvre d'un architecte persan, était naguère le plus beau de tout l'empire turc2 : portiques, colonnades et mu- railles sont en entier du riche marbre rouge de la montagne voisine. Les sculptures, formées d'arabesques et de feuillages entrelacés, sont d'un fini merveilleux; mais, plus sobre de goût que la plupart des artistes persans, celui qui décora les monuments et le palais de Bayazid ne s'est pas laissé entraîner à recouvrir d'ornements toutes les parois. La mosquée est dégradée en caserne.: les édifices voisins secoués par les tremblements de terre se sont lézardés, une partie de la ville s'est écroulée, mais le gracieux minaret a gardé son équilibre3. On envoyait jadis les fiévreux d'Erivan se guérir à l'air salubre de Bayazid4.

 

 

1 Moritz Wagner, Reise nach Persien und den Lande der Kurden; — Carl Ritter, Asien, vol. VIII.

2 Brant. Journal of the Geographical Society, 1836.

3 Chantre; Barry, Mission scientifique dans la haute Mésopotamie, le Kourdistan, et le Caucase.

4 M. Wagner, ouvrage cité.

Bayazid, la mosquée et le quartier ruiné

Bayazid, la mosquée et le quartier ruiné

Tag(s) : #Arménie