" />
Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Écho et Narcisse (source Wikipedia)

Écho et Narcisse (source Wikipedia)

Quand j'ai découvert il y a près de 20 ans ce qu'on pouvait faire avec Internet, et plus encore ensuite avec le Web 2.0, j'ai été fasciné.
Certes, il y avait des horreurs, des mensonges, des délires. Mais il y avait aussi une multitude d'amateurs, de passionnés qui cherchaient à partager ce qu'ils savaient, leurs coups de cœur, etc.

Les généalogistes.
Nous ne sommes plus à l'époque des chercheurs d'ancêtres nobles et armoriés. Les généalogistes d'aujourd'hui sont également très éloignés pour leur très grande majorité des préoccupations identitaires. Leur recherche a souvent un côté ludique, façon puzzle ou jeu de piste. Et c'est une victoire d'avoir trouvé d'où venait le maçon tyrolien qui avait épousé leur aïeule.
Et beaucoup essaient d'aller plus loin, de comprendre comment on vivait il y a plusieurs siècles, de repérer les grandes épidémies, les famines. A partir de l'histoire familiale des obscurs, des sans-grades, on débouche plus facilement sur L'école des Annales que sur Lorent Deutsch.
L'histoire locale.
Là aussi, nous sommes très loin des adeptes de "mon coin d'abord". Des archives dormaient dans des placards de mairies, des greniers familiaux. Et maintenant elles deviennent accessibles : monographies locales des instituteurs en 1888, chroniques villageoises ou de quartiers, grandeurs et misères de petits morceaux d'une humanité concrète.
Et il y aussi les photos, les cartes postales anciennes qui nous montrent une France d'avant, très différente de celle de Stéphane Bern.
J'ai aussi découvert des études passionnantes, consacrés à des grands travaux (Canal du Midi, de la Marne au Rhin, lignes de chemins de fer), qui n'auraient jamais été publiés ni même entrepris s'il n'y avait pas eu Internet.
Des chercheurs ont trouvé, via Internet, et remis en ligne des documents rares. C'est ainsi que j'ai appris plein de choses sur la chasse aux sorcières (par les autorités civiles et non religieuses) en Lorraine vers 1600, les tentatives de déchristianisation lors de la Révolution française.
La première guerre mondiale.
Les poilus écrivaient tous les jours à leurs proches. Certains tenaient des journaux, des carnets. Ceux de Louis Barthas sont devenus célèbres. Et il y en a des milliers d'autres, moins connus, qui apparaissent sur la toile parce qu'un descendant de ces poilus a estimé à juste titre qu'il ne devait pas garder pour lui ce témoignage. Tous décrivent, avec des mots différents, la même horreur.
Voyages
Il y a des gens qui gardent leurs photos de voyages pour eux, et il y a ceux qui les partagent, sur des blogs ou des sites dédiés (Picasa, Flickr) et tout cela constitue au fil du temps une formidable base de données. Les documentaristes l'ont compris, qui trouvent souvent ce qu'ils cherchent sur ces sites.
Collections.
Pourquoi pas ? Il y en a des prestigieuses, et d'autres moins. Mais là aussi, on apprend beaucoup de choses sur la vie des gens, sur l'humanité concrète. Je m'intéresse à la philatélie, et je suis abonné à une revue spécialisée. J'avoue que les articles sur les défauts de la plaque d'impression de tel timbre me laissent de marbre, ceux sur les techniques d'impression et les technologies nécessaires m'intéressent, ceux sur l'histoire postale, élément de l'histoire générale des hommes m'ont appris beaucoup de choses sur cette dernière.


Et alors, j'ai décidé de me lancer, avec comme fonds de départ des documents sur mon village, des éléments d'histoire militaire (le 79ème RI/RIF, régiment de mon beau-père), des résultats de recherche généalogiques.
Mais, sauf cas rarissimes, je ne parle pas de moi, de ma vie privée, professionnelle, etc..
Vous ne verrez donc pas de photos de moi haranguant les foules, réfléchissant dans mon jardin, évoquant mes chagrins d'amour, montrant mes fesses par solidarité militante.
L'accusation de "narcissisme" est donc totalement infondée.
Et je voudrais profiter de cette mise au point pour adresser un grand merci à plein de gens.


Merci à tous ceux qui aiment la Lorraine, les Ardennes, qui m'ont envoyé des documents, ont commenté mes billets de blogs, les ont partagés.
Merci à tous ceux qui m'ont envoyé des trésors familiaux, des photos de soldats de 1914-1918.
Merci aux historiens, aux chercheurs, qui se sont intéressés à ce que j'ai mis en ligne, qui m'ont demandé des précisions complémentaires, que j'ai toujours essayé de donner.
Merci à ceux qui m'ont demandé l'autorisation de reproduire des documents, le plus souvent en dehors de toute intention commerciale.
Merci aussi à ceux qui les ont reproduits sans autorisation, mais en précisant la source.

Merci à tous ceux qui ont mis un lien vers un de mes blogs ou sites.

Merci à tous les visiteurs, et plus particulièrement à cet internaute malien qui, le 31 juillet 2015, a fait de son pays le 112ème représenté parmi mes visiteurs.

Et tant pis pour ceux qui n'aiment pas.

Tag(s) : #Internet